PMA

4 ans d’essai, 3 ans d’attente, 1 FIV-ICSI…

J’ai longtemps hésité avant de vous raconter mes dernières semaines ici. Et puis, finalement, vous êtes au courant de mon parcours ICI et ICI, alors allons-y pour la suite de l’aventure.
Aucune dates précises ni de noms seront nommés car je dois respecter l’anonymat de la donneuse, le nôtre, celui de l’hôpital et du tribunal.

Ces quelques lignes sont pour toi ♡

Septembre 2020, 13h57.

Je suis actuellement en pause déjeuner, sur mon lieu de travail. Je reprends mon poste à 14h00.
Mon téléphone sonne « Numéro privé ». Je réponds ou pas ? Je reprends dans 3 minutes.. Et puis cette petite voix qui me dit « décroches Julie, on sait jamais »..
« Madame C., je suis le Docteur Y. de l’hôpital de Lille. »
Et là, à ce moment précis, je connaissais la raison de l’appel. Mon cœur s’est mis à battre vite, très vite, mes mains sont devenues humides. Cet appel, je l’ai imaginé durant 3 ans, j’en ai rêvé des dizaines de fois.
« J’ai une très bonne nouvelle pour vous, nous avons une donneuse compatible, vous allez recevoir un don d’ovocytes prochainement. »
Petit blanc, les larmes montent, je me retiens..

L’appel durera quelques minutes, des questions, un rendez-vous fixé pour obtenir une ordonnance pour le traitement que je vais devoir prendre durant quelques semaines.
Nous raccrochons, mes mains tremblent, je ne sais plus réellement où je suis.. J’appelle mon mari pour lui annoncer la bonne nouvelle et je préviens mon amie M. qui est au courant de tout et qui connait très trop bien le sujet.
L’après-midi fût longue, très longue. J’avais tellement hâte de terminer ma journée et retrouver mon mari ! Il m’attendait d’ailleurs assis sur le canapé, près à me serrer dans ses bras.

8 jours plus tard,

Premier rendez-vous à Lille, enfin, depuis l’appel. 
Le rendez-vous a été rapide. Frottis, essai à blanc, ordonnance, explication de la procédure. Nous avons également un bilan sanguin chacun à effectuer. La gynécologue est adorable et douce. Je me sens vraiment rassurée et écoutée. Le traitement donné n’a pas l’air contraignant. 

2 semaines plus tard,

Le temps est long, toujours aussi long. J’ai arrêté le traitement hormonal que je prends depuis 3 ans, qui me permet d’être réglée chaque mois. L’arrêt du traitement permet à mes règles d’arriver et de pouvoir commencer le traitement pour recevoir le don d’ovocytes.
3 comprimés le matin, 1 le midi et 1 le soir. Je n’ai pas vraiment ressenti d’effets secondaires. L’un des traitements permet d’épaissir l’endomètre. Cela permet d’augmenter les chances de succès de la grossesse. Pour pouvoir recevoir un don d’ovocyte, l’endomètre doit être au moins à 6 millimètres. 

2 semaines plus tard,

Rendez-vous à 8h, c’était un jeudi, à l’hôpital, afin de savoir si je réagis correctement au traitement. L’échographe va mesurer mon endomètre ! Il est à 8 millimètres, ouf ! 

Elle me dit alors que le don se fera d’ici quelques jours, que je vais recevoir un appel cet après-midi du biologiste.
L’appel du biologiste, c’est un peu le deuxième appel magique de la procédure, c’est lui qui nous confirme la date du transfert d’embryon(s).

16h, un numéro privé appelle sur le portable de mon mari, une secrétaire nous informe qu’elle na pas reçu le résultat du bilan sanguin de mon mari, nous lui transférons dans la foulée.
Elle nous fixe également un rendez-vous le lundi, pour signer un document afin que des paillettes soient décongelées. 
Ce rendez-vous a été très rapide, une petite signature et l’affaire est réglée.

8 jours plus tard,

Nous attendons toujours l’appel du biologiste depuis plusieurs jours. C’est très long ! La Covid est repartie de plus belle, j’ai très peur que la procédure soit reportée. Les examens médicaux, parfois les opérations sont reportés .. Un stress supplémentaire et qui n’est pas des moindres. 

Mon téléphone sonne enfin, ce fameux numéro privé, que j’aime tant. 
« Bonjour, je suis la Docteur Z., la biologiste de l’hôpital. Nous vous avons attribué 5 ovocytes. Je vous appelle à nouveau dans 3 jours pour vous confirmer qu’il y a bien un ou plusieurs embryons et que vous pouvez venir pour le transfert. »
Je dois également commencer un second traitement, des ovules vaginales et une piqûre, une fois par semaine, pendant 3 semaines, ou plus si la prise de sang est positive.

Les 3 jours vont être interminables ! Il va falloir s’occuper et avec la Covid, c’est très compliqué.

3 jours plus tard,

Nous sommes arrivés hier soir à Lille, nous avons dormi dans un hôtel proche de l’hôpital afin d’éviter le stress de la route, des bouchons..
8h35, ce fameux numéro privé. « Bonjour, on se donne rendez-vous à 10h pour le transfert. »
Les nerfs relâchent enfin ! Nous y sommes ! Enfin ! 
Nous ne connaissons pas encore le nombre d’embryons, nous le serons seulement à 10h.

10h, nous sommes arrivés sur le parking de l’hôpital depuis une demi-heure. Nous sommes reçus par une gynécologue et une interne, très gentilles.
Nous avons 3 embryons !! C’est une super nouvelle.
Deux embryons de très bonnes qualités vont m’être transférées et le troisième restera encore quelques jours au laboratoire car sa qualité est moins bonne. Si cela est possible il sera congelé.

10h30. Tout a été très vite, le transfert s’est parfaitement bien passé, aucune douleur. 
Me voilà avec deux embryons en moi.
Je dois faire une prise de sang dans 2 semaines afin de savoir si les embryons ont tenu le coup.

2 semaines plus tard,

Les deux semaines sont relativement passées vite. J’ai continué mon activité professionnelle. Les soirées et les week-ends étaient parfois longs mais dans l’ensemble, tout s’est très bien passé.
Des symptômes ? Très légers. Tiraillements au ventre et à l’utérus, poitrine sensible, mais c’est tout.

Nous avons pris une semaine de congés tous les deux. Quelque soit le résultat, nous serons à deux et nous aurons le temps de digérer la bonne ou mauvaise nouvelle.
8h30, la prise de sang est faite ! Les dès sont jetés ! Il faut maintenant attendre quelques heures ! Des heures très longues ! 
11h40, un email, les résultats. Nos mains tremblent, nos cœurs battent très vite. Nous ouvrons ensemble le résultat !
C’EST POSITIF !!!!
Nous y sommes arrivés, après 4 années de combat ! On va pouvoir enfin souffler.
L’hôpital de Lille me contacte et me dit que c’est très bien, qu’il faut contrôler le taux dans 48h et suite à cela, je viendrais passer une échographie de contrôle.
Nous annonçons la bonne nouvelle à nos familles, à mon amie M., nos amis proches.

Deux jours plus tard,

8h30, prise de sang faite pour le contrôle, nous sommes confiants mais j’ai cette sensation de vide à l’intérieur de moi.
C’est drôle, je n’ai pas versé de larmes en écrivant ces quelques lignes et maintenant les larmes coulent.
Vous l’aurez bien compris, la grossesse n’a pas évolué.
Mon taux n’a pas doublé. Tout est fini ! 

Je me sens vide, complétement vide ! 
Dans le jargon médical, ils appellent ça une fausse couche.
Dans la foulée, nous apprenons que le troisième embryon n’a pas pu être congelé. 
Il faut alors tout recommencer. L’inscription sur la liste d’attente, l’attente..

Mi-décembre

Plusieurs jours, semaines sont passés. 
Les premiers jours ont été très compliqués, les premières nuits encore pires. Et puis, nous nous sommes occupés, nous avons repris le travail.
Des larmes ont beaucoup coulées. Des larmes coulent encore. Moins souvent, moins longtemps, plus de la même manière.
C’est l’épreuve la plus dure que nous avons vécu, je crois.
Alors certains diront que c’était la première FIV, que mon corps a réussi, qu’il réussira la prochaine fois, que la nature est bien faite, que les embryons avaient sûrement une anomalie. Oui oui oui, je le sais.
Je le sais tout cela ! Mais c’est tellement dur ! C’est tellement dur de se dire que tout allait si bien et que tout s’est terminé en seulement 48h ! 
Alors oui, nous sommes encore jeunes, nous sommes forts, unis comme jamais, mais c’est tellement injuste la vie ! 

Aujourd’hui, je vais mieux, nous allons mieux ! On s’aime encore plus, de toute manière, ces épreuves-là ça renforcent un couple.
Nous sommes réinscrits sur liste d’attente, une attente un peu moins longue, selon la Professeur en charge de notre dossier.
Mes larmes ont encore coulé en écrivant ce passage de notre vie, mais j’avais envie, besoin de vous raconter ces quelques semaines ici ! 

4 ans d’essai, 3 ans d’attente, 1  FIV-ICSI et 1 premier échec. J’espère le dernier.

Mille mercis

Merci à notre fée qui nous a fait don de ses ovocytes. Merci à toutes les donneuses qui font ce geste magnifique.

Merci également à nos familles qui ont été présentes, qui le sont encore d’ailleurs. Mon amie M., à nos amis, collègues, qui ont suivi l’histoire et ont su nous réconforter quand tout allait de travers. Mais de toute manière, ces personnes sauront se reconnaitre à travers ces quelques lignes.

Et puis merci, à cette amie, à ce couple d’amis, qui se reconnaitront pour ce geste magnifique. Mais comme depuis le début de cet article, je tairais les prénoms, par soucis de confidentialité.

2 thoughts on “4 ans d’essai, 3 ans d’attente, 1 FIV-ICSI…

  1. Bonjour, nous n’avons pas du tous eu le même parcours mais je tiens à vous envoyer ce petit message! J’ai eu une fiv icsi et la première était la bonne! Alors certain vous diront que c’est la première fois et que ça va marcher mais ce n’est pas cela que l’ont veux entendre… j’ai très très mal vécu mon parcours en PMA et mon corps a trop réagi au traitement j’ai eu mal pendant 4 mois après et après ma grossesse j’ai encore des problèmes que je n’avais pas avant de faire le traitement et la fiv icsi! Tous le monde me dis ne te plein pas pas ça à marcher la première fois tu peux recommencer! Et bien non mon petit miracle a maintenant 3 ans et il bois comble de bonheur! Mais je ne recommencerais pas! Je vous tire mon chapeau car un parcours tel qu’il soit en pma est très dure! Émotionnellement comme physiquement! Laisser les gens dire c’est la première fois… et et alors ce n’est pas eu qui étiez à votre place il ne savent que se que vous leurs dites mais pas ce que vous avez ressenti ou vécu! Il n’y a que les femmes qui ont vécu un parcours de PMA qui pourront vous comprendre sans vous blesser par des paroles qui ne sont pas volontaire mais qui blesse quand même! Et vous savez moi je me prend dans la figure et un deuxième? J’ai envie de leurs dire faite le traitement à ma place le parcours à ma place avec tous se qui va avec e vous verrez… quelqu’un m’a dit un jour ba vous avez réussi une première fois plein toi pas… cette personne avait déjà un enfant naturellement et se battais en parcour de pma pour en avoir un deuxième… j’avais envie de lui dire je me suis battu pour mon premier et il restera mon premier! Mais c’est très blessant! Voilà c’était juste pour réagir à votre phrase qui m’a fait mal pour vous… oui mais c’était la première… et alors cela n’est pas moin douloureux pour autant! Vous êtes forte d’après vos écrits! J’espère que votre petit miracle va arriver je vous le souhaite de tous mon cœur..

Laisser un commentaire