PMA

Trois ans à t’attendre… Voici quelques conseils pour patienter pendant la PMA

Ceux qui ont vécu ou qui actuellement vivent la PMA connaissent parfaitement la définition du verbe « patienter ».
Personnellement, cette attente est longue, certains diront que finalement attendre depuis un peu moins de 3 ans ce n’est rien, si je suis comparée aux femmes qui ont dû passer par les essais naturels, les inséminations artificielles, les Fécondation In Vitro, les échecs, les pertes…
Dans cet article, je vous donne quelques conseils pour « faire passer le temps » sans trop y penser, ou du moins faire semblant de ne pas y penser. Cet article parlera aussi bien aux couples qui attendent depuis un an comme dix ans.

Continuer de vivre normalement

C’est l’un des conseils certainement le plus dur : continuer de vivre comme avant. Ne pas y penser, c’est facile à dire mais difficile à faire. Mais il faut reprendre sa vie normalement, continuer de la vivre et se dire que ça arrivera bien tôt ou tard.

Voyager, sortir

Voyager sans les contraintes avec un bébé ou un enfant, pouvoir partir hors-saison aussi, profiter des prix bas et des lieux sans trop de foule. Pouvoir aller au cinéma, au casino, au restaurant en amoureux. Ce sont ces petites choses que vous devez faire avant d’être parents car de toute évidence votre vie sera différente après.

Ne pas oublier de penser à notre couple

Je dirais même ne pas oublier de penser à monsieur, car oui, on pense souvent que la femme est au cœur de la PMA mais l’homme subit aussi. Dans mon cas, il ne prend pas de traitement, n’a pas d’examen ni de prise de sang, mais il est tout autant peiné que moi de la situation. Ne l’oubliez pas, vous êtes un couple avant tout, et il faut continuer d’entretenir la petite flamme.

En profiter pour s’accomplir professionnellement

C’est une manière de penser à autre chose, vous ne pouvez pas mettre votre vie professionnelle entre parenthèses en vous disant « on sait jamais si le miracle arrive ». Je pense que c’est d’ailleurs le meilleur tempo pour gravir les échelons ou changer d’orientation professionnelle. C’est toujours plus facile de se former sans enfants, il faut se l’avouer.

En parler

En parler avec son mari, sa famille, ses ami(e)s mais sans pour autant ne parler que de ça à longueur de temps. Il est important d’en discuter pour se libérer et de ne pas s’enfonce

Il y a bien entendu d’autres inspirations qui nous font tenir le coup. Si un ou deux conseils te passent par la tête, la case commentaire est là pour ça 😊

Je vous souhaite une belle semaine, Joha.

Laisser un commentaire